Unité Laïque
L’Éducation nationale doit reconnaître l’offensive islamiste à l’école et y répondre fermement

Un communiqué commun de l’UFAL et d’Unité Laïque

L’école publique fait l’objet d’une nouvelle offensive politique planifiée et concertée, orchestrée par les réseaux islamistes, qui utilisent les adolescents pour attaquer frontalement la loi du 15 mars 2004 « encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics ».

Depuis cette rentrée scolaire, une épidémie de port de signes religieux (abayas ou qamis) et de tentatives de prières dans les locaux scolaires touche certains élèves. Elle est propagée par les réseaux sociaux et donne lieu à des « défis » ouvertement contraires au code de l’éducation, qui interdit « les comportements constitutifs de pressions sur les croyances des élèves ou de tentatives d’endoctrinement de ceux-ci » (…)« dans les écoles publiques et les établissements publics locaux d’enseignement, à leurs abords immédiats et pendant toute activité liée à l’enseignement. »

Lire la suite
Voyage à Rome pour la plus grande gloire des religions

Emmanuel Macron s’est rendu à Rome les 23 octobre 2022 pour assister, sur fond de guerre en Ukraine, à un Forum interreligieux pour la paix organisé par la communauté catholique italienne de Sant‘Egidio, l’un des canaux de la diplomatie de l’ombre du Vatican qualifié « d’ONU du Trastevere ».

Il y a prononcé le discours d’ouverture. Après des considérations sur la guerre en Ukraine et les menaces qui pèsent sur la paix mondiale, il a mis en avant le « message d’universalisme » des religions qui représente « le meilleur antidote contre le relativisme contemporain et la fracturation du monde ». Il a lancé à l’adresse des centaines de religieux, de toutes obédiences, et des laïcs croyants qui l’écoutaient : « J’ai besoin de vous et votre rôle est absolument essentiel », poursuivant « Il y a un projet humaniste possible. Et pour ce projet humaniste qui est à réinventer, les religions, les grandes familles philosophiques ont leur rôle à jouer ». Belle profession de foi pour le président de notre République laïque, qui ne reconnaît aucun culte.

Lire la suite
Les élus villeurbannais versent de l’argent public aux adversaires de la République.

Comme chaque année, le conseil municipal de Villeurbanne devait se prononcer lundi 10 octobre sur l’attribution de subventions aux acteurs de la politique de la ville et plus particulièrement pour renforcer l’accès aux droits des populations en situation de précarité.

L’intention est louable. La solution, elle, ne l’est pas du tout.

En effet, l’association choisie par la majorité municipale qui regroupe PS, LFI, EELV, PC et PRG pour mener à bien cette mission et à qui une subvention de 3 000 euros sera versée, n’est autre que la tristement célèbre Alliance citoyenne qui milite depuis des années pour le port du voile et l’autorisation du burkini dans les piscines. Ses militants avaient d’ailleurs déjà fait une tentative en 2019 et le maire d’alors avait su résister, lui. Hélas, depuis, les digues ont lâché et des élus qui se disent républicains financent avec des deniers publics ceux qui cherchent à déconstruire progressivement notre modèle républicain et laïque.

Lire la suite
La lutte contre l’islamisme n’est ni de droite ni de gauche. C’est une urgence démocratique.

Le 13 septembre 2022 la police des mœurs de Téhéran arrêtait Mhasa Amini, jeune femme kurde iranienne de 22 ans en visite dans la capitale. Comme des millions de femmes iraniennes, elle tentait au quotidien de lutter contre l’oppression en laissant probablement échapper une mèche de cheveux du linceul dans lequel la théocratie la plus obscurantiste du monde les enterre vivantes. Trois jours plus tard, les nervis qui composent cette milice qui vaut bien les S.A. rendaient à ses parents le cadavre de Mhasa.

Le 19 septembre 2022, lors d’une visite avec sa classe à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, une enseignante du lycée Simone Weil du 3ème arrondissement demandait à une élève de respecter la loi adoptée pour protéger les principes laïques d’émancipation et de liberté de conscience, en retirant le hijab dont elle s’était subrepticement affublée, considérant bien entendu à tort que, puisqu’elle était à l’extérieur de l’établissement elle pouvait le porter. Ces élèves savent pourtant parfaitement qu’une visite scolaire s’inscrit dans le cadre d’une classe hors les murs. Mais la provocation, la pression et la tentative permanente de faire céder la République devant les exigences rétrogrades et intégristes étaient probablement trop fortes pour qu’elle y résistât.

Lire la suite
Trois jours qui ébranlèrent le monde

De ce jour et de ce lieu date une ère nouvelle de l’histoire du monde et vous pourrez dire : « J’y étais ».
Johann Wolfgang Goethe
20 septembre 1792 Valmy

Unité laïque célèbre avec émotion le 230ème anniversaire de ces trois journées qui ont changé le monde et transformé la plus peuplée, la plus puissante et le plus absolue des monarchies européennes en une République souveraine, déchaînant la haine de tous les autocrates de droit divin et soulevant jusqu’aujourd’hui l’espoir de tous les peuples en lutte pour leur émancipation.

En 2022 comme en 1792, lorsqu’on on chante la liberté, on chante La Marseillaise.

Notre combat ne sera jamais achevé et l’exemple de nos aînés reste la plus exaltante leçon de liberté, d’égalité et de fraternité qui ait pu nous être donnée.

20 septembre 1792 : victoire de Valmy

21 septembre 1792 : proclamation de l’abolition de la royauté par la Convention

22 septembre 1792 : proclamation de la République française par la Convention

Télécharger le communiqué en PDF

L’école, le management schizophrène et le séparatisme

En 1971, Olivier Giscard d’Estaing rêvait d’une école, où « la famille, des religions, des régions, des professions […] pourrait accompagner pas à pas, au niveau de l’établissement, tout le déroulement de l’éducation et de l’enseignement ». En 2022, Emmanuel Macron concrétise ce rêve en appelant à une « refondation » de l’école autour de projets locaux et individualisés impliquant les personnels de l’Éducation nationale, les parents, les élèves, les élus et la société civile. Au détriment de l’égalité citoyenne et territoriale.

Lorsqu’en août 1539 François 1er édicta les ordonnances de Villers-Cotterêts, la langue française fut rendue obligatoire dans tous les actes administratifs et judiciaires. Le latin, réservé à une élite, rendait jusqu’alors le droit et l’administration inaccessibles à tous. Ce geste était celui de l’égalité.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 établit que la loi est l’expression de la volonté générale » et « qu’elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ». Elle affirme aussi l’idée d’une fiscalité pour tous sur le territoire, « contribution commune » et « publique consentie librement et répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés ». Ce geste était celui de l’égalité.

Lorsque, dès 1944, le Conseil National de la Résistance programma l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, dans laquelle les services publics, telle que la sécurité sociale, assurent à tous les citoyens les moyens de leur existence, là encore l’égalité prenait corps.

Les lois Ferry et Goblet qui posèrent les fondations de l’école publique, gratuite, obligatoire et laïque pour tous furent elles aussi l’égalité mise en œuvre.

Lire la suite
Les dérives du Planning familial

Le Planning familial n’a pas fini de faire parler de lui en nourrissant une polémique qui escamote ses missions premières, à savoir la santé des femmes, la maîtrise de leur corps et de leur sexualité.  

L’article publié en ligne, sur le site arrêtsurimage.net, « Planning familial : les anti-trans ʺcautions progressistes » des réacs » (Pauline Bock, 5/9/2022) cible les militantes féministes universalistes Marguerite Stern et Dora Moutot ainsi que des membres de « l’Observatoire de la petite sirène ». Les procédés utilisés relèvent d’allégations non fondées, sans preuves tangibles : il s’agit pour la journaliste de laisser entendre que ces militantes et ces membres sont « anti-trans » et naviguent dans la mouvance de « La Manif pour Tous », de l’extrême-droite, des milieux conservateurs, voire du complotisme.

Lire la suite
La Sainte Alliance diffamatoire des bigots contre la laïcité

Le 5 septembre 2022 dans un tweet que l’on pourrait qualifier ironiquement « d’événement antilaïque global », Claude Askolovitch signale que, dans La Croix, quotidien catholique de référence, « le philosophe protestant Olivier Abel dit redouter de nouvelles Saint-Barthélemy que préparerait une laïcité changée, qui lui rappelle le parti catholique de 1572 ». Cette « laïcité changée » préparant, est-il besoin de le préciser, une Saint-Barthélemy des musulmans.

Voici comment en une phrase et dans une combinaison qui ne paraîtra étrange qu’à ceux qui ne comprennent pas que l’alliance des bigots se reforme toujours contre la liberté de conscience, catholicisme, protestantisme et islam sont convoqués pour mette en accusation la sanglante laïcité qui prendrait pour victimes les malheureux croyants soumis à l’effroyable règle de l’intolérance, de la séparation et de la sécularisation !

OUI, MAIS…

  • Oui, mais, ce sont bien les Protestants qui massacrèrent les Catholiques à Nîmes le 30 septembre 1567 ;
  • Oui, mais, ce sont bien les Catholiques qui massacrèrent les Protestants le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy ;
  • Oui, mais, ce sont bien les mêmes catholiques qui massacrèrent des Juifs dans notre pays à tant de reprises et dans tant de pogroms qu’il serait inutile et fastidieux dans donner les lieux et les dates ;
  • Oui, mais, ce sont bien des Musulmans fanatiques qui au nom de leur conception de leur religion ont massacré des Français de toutes origines et de toutes opinions, enfants, adultes et vieilles dames juives sans défense, soldats de l’armée française, policiers en uniforme, dessinateurs de presse libre penseurs, amateurs de concerts et de terrasses, admirateurs d’une fête du 14 juillet, professeur d’Histoire, « kouffars » de hasard égorgés au couteau.
Lire la suite
Les femmes, leur corps, la religion.

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »
Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, 1949

Le vendredi 24 juin 2022 restera une date frappée d’infamie dans l’histoire de l’émancipation, de la liberté des femmes et de l’égalité. Ce jour-là après quarante-neuf ans de péripéties chaotiques, la Cour suprême des États-Unis, désormais dominée par les pires conservateurs de l’histoire de ce pays, a trouvé les arguties juridiques lui permettant de mettre fin au droit fédéral à l’interruption volontaire de grossesse. Plusieurs états ont, le jour même, interdit radicalement le recours à l’avortement, menaçant même de poursuites et de longues peines de prison les femmes qui auraient le projet d’aller pratiquer une IVG dans un autre état moins obscurantiste.

Lire la suite
Le canari dans la mine

Les républicains ont assez averti, l’ont assez répété… Lorsqu’on s’en prend aux Juifs, la barbarie et le chaos ne sont pas loin. Comme le canari dans la mine, qui le premier s’asphyxie et prévient ainsi de la diffusion de gaz toxiques, le Juif pointé du doigt, battu, torturé, assassiné dans la Cité, annonce le pire pour tous les citoyens.

Nous ne ferons pas ici la liste longue, alarmante qui, avant même Ilan Halimi en 2006 jusqu’à René Hadjadj  en 2022, a vu se succéder meurtres d’enfants, torture et défenestration de vieillards, assassinats, agressions, insultes, vexations. Ce n’est pas être raciste que rappeler que la quasi-totalité de ces agressions émane de fanatiques islamistes, même si la bête immonde réveillée par les nazis rôde toujours au-dessus d’une extrême-droite qui dans ce domaine ne dira jamais son dernier mot. Ce n’est pas être pessimiste que constater qu’à chaque atrocité les Français sont de moins en moins nombreux à s’émouvoir et à protester, la justice de moins en moins prompte à reconnaître son caractère antisémite et les responsables politiques de plus en plus enclins à la cacher sous le tapis de leur électoralisme, voire à nier les faits.

Lire la suite
Pour une première, c’est une première !

Par  Anne Salzer pour le Bureau d’Unité Laïque

Le juge des référés du Conseil d’État, notre plus haute juridiction administrative, était saisi pour la première fois d’un recours dans le cadre du nouveau « déféré laïcité » issu de la loi du 24 août 2021 confortant le respect des principes de la République.

Rappelons l’article 5 de cette nouvelle loi qui modifie l’article L. 2131-6 du code général des collectivités territoriales, disposant désormais : « Lorsque l’acte attaqué est de nature (…) à porter gravement atteinte aux principes de laïcité et de neutralité des services publics, le président du tribunal administratif ou le magistrat délégué à cet effet en prononce la suspension dans les quarante-huit heures. La décision relative à la suspension est susceptible d’appel devant le Conseil d’État ».  

Lire la suite
La Croix-Rouge au temps de la soumission

« Les femmes sans voile intégral essaient de ressembler à des animaux. »
Affiche placardée par la police religieuse des talibans à Kandahar, Afghanistan

Affiche de la Croix-Rouge

Depuis le lundi 13 juin 2022, la Croix-Rouge française a choisi de mettre en ligne  la version en français d’une campagne internationale pour l’hydratation par temps de très forte chaleur… Jusque-là, l’organisation internationale est dans son rôle.

Mais il suffit de regarder l’affiche retenue pour comprendre qu’il ne s’agit pas d’une campagne de prévention sanitaire, mais d’une campagne d’acclimatation (c’est le cas de le dire) au voilement des femmes. De ces campagnes dont les frères musulmans et leurs antennes en ont désormais le secret et l’habitude, comme l’ont démontré les récentes affiches du Conseil de l’Europe faisant du voile un emblème de liberté (« Freedom is in hijab ») ou celles du Planning familial, de la FCPE et de tant d’autres associations naguère universalistes et solidaires.

Pour  les visuels de la Croix-Rouge comme ceux des autres associations citées, les ficelles sont tellement grosses que l’on est partagé entre diverses interprétations. S’agit-il de naïveté, d’aveuglement, de paternalisme, de culpabilité et de repentance postcoloniales, de soumission à l’ordre nouveau de l’asservissement des femmes et de la division ethno-religieuse de la société ? S’agit-il tout simplement d’un basculement idéologique vers l’indigénisme, le communautarisme, l’intégrisme religieux considérés désormais comme de formidables conquêtes sociales ?

Lire la suite
Le burqini à Grenoble, négation des Lumières, trahison de la République.

« Déclarée grande cause du quinquennat du président de la République, l’égalité entre les femmes et les hommes mobilise aujourd’hui l’ensemble du Gouvernement et s’inscrit dans une stratégie forte et ambitieuse. »
Le porte-parole du gouvernement.

« Je dédie cette nomination à toutes les petites filles. » « Rien ne doit faire cesser le combat pour la place des femmes dans notre société. »
Elisabeth Borne,  Premier ministre.

« Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons. »
Youssef al-Qaradâwî, référence théologique des Frères musulmans.

Lundi 16 mai 2022, le maire de Grenoble, soutenu par un groupe d’élus aux ordres ou pire encore, convaincus de l’impérieuse urgence de cacher le corps des femmes, a fait voter une de ces délibérations qui couvrent d’infâmie leurs porteurs et qui souillent les collectivités qui les adoptent.

Lire la suite
Lettre à Eric Piolle – Une mélodie bien française

Tous les pays du monde connaissent le racisme et l’hostilité contre les femmes. Tous les pays du monde ne sont pas racistes et patriarcaux.

En France, le racisme et l’inégalité entre les femmes et les hommes sont plus faibles que dans la plupart des pays occidentaux – sans parler des autres – et peu de pays leur opposent un arsenal de lutte politique, juridique et sociale aussi actif et complet que le nôtre. C’est une des raisons qui nous le font aimer et admirer. Dans notre pays en effet, l’universalisme, la laïcité et l’aspiration à l’égalité ont fait leur œuvre depuis la Révolution pour susciter un métissage assez général et une liberté des relations entre femmes et hommes, qui effraient et rebutent les intégristes, les indigénistes et autres décoloniaux, qui ont du mal à trouver un terrain favorable à leurs revendications victimaires. Et ce n’est pas faute d’essayer.

Lire la suite
Unité Laïque appelle à s’opposer activement à l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite.

Unité Laïque défend et promeut les principes et les idéaux d’émancipation, de laïcité, de liberté, d’égalité et de fraternité qui fondent la République.

À ce titre, Unité Laïque est opposée aux ferments de haine de l’autre, de peurs irraisonnées, de xénophobie et à l’autoritarisme que propage la candidate du RN. Ce sont les pires réponses aux problèmes réels qui se posent aujourd’hui à la France, en matière d’immigration, de séparatisme communautaire et de respect de nos idéaux. La reconstruction de notre vie quotidienne doit se faire sur les bases de l’universalisme, de l’égalité politique, économique, sociale et de l’émancipation des citoyens et des citoyennes.

C’est pourquoi Unité Laïque appelle à voter sans ambiguïté en faveur du candidat Emmanuel Macron le 24 avril prochain.

Lire la suite
Voiler les filles, interdire le savoir. À Kaboul comme ailleurs, rien n’est jamais acquis aux femmes.

Le 29 mars 1882, était promulguée en France la loi sur l’enseignement primaire obligatoire de six à treize ans pour les garçons et pour les filles.

Depuis 1880 déjà, Camille Sée avait créé les collèges, les lycées, les écoles normales féminins. Les ENS allaient suivre. Quatre ans plus tard, la loi Goblet du 30 octobre 1886 imposait la neutralité des enseignants en excluant le personnel religieux de l’enseignement public.

C’est grâce à ces fondations que la laïcité et la liberté de conscience purent faire leur chemin dans les esprits de tous les Français et que la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 put être votée avec le soutien massif des citoyens. En 2004, cette neutralité et le principe de liberté de conscience furent renforcés grâce à la loi interdisant le port des signes religieux dans l’enceinte scolaire.

Le 23 mars 2022, cent quarante ans plus tard, presque jour pour jour, les fanatiques et intégristes islamistes qui gouvernent l’Afghanistan ont annoncé, le jour de la rentrée scolaire, que les jeunes filles afghanes, déjà enfouies dans le linceul mobile que leur imposent les talibans, se verront désormais interdire toute scolarité au-delà de l’âge de douze ans.

Lire la suite
Chartes de la laïcité, boussoles efficaces en territoires perdus ou étouffe-républicain ?

Depuis plusieurs années fleurissent les chartes de la laïcité. Là où on les attendait et les réclamait, comme à l’Éducation Nationale, à la Caisse Nationale des Allocations Familiales, au Secrétariat d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, en entreprise, etc.

Mais aussi dans les Régions et les collectivités. Île-de-France, Bourgogne-Franche-Comté, dernièrement Auvergne-Rhône-Alpes, d’autres à venir certainement. La ville de Montpellier aussi dont il est vrai que le maire actuel, Michaël Delafosse, tient avec courage une ligne irréprochable dans le droit fil de notre idéal républicain indivisible, démocratique, laïque et social.

Ce levier mis en action doit permettre de lutter contre toutes les déviances locales, faites de visées électoralistes ou de malheureuses ignorances, qui font le jeu d’associations minoritaires, souvent camouflées, toujours hyperactives et hélas fréquemment subventionnées.

Lire la suite
Mark Sherringham, président du Conseil supérieur des programmes de l’EN, se défend d’être « anti-laïque ».

Certes… mais êtes-vous laïque, Monsieur Sherringham ?

Les Notes d’Unité Laïque

Par Aline Girard, Conservateur général honoraire, membre du Bureau d’Unité Laïque

Le 4 février 2022, le ministre de l’Éducation nationale annonçait la nomination à la présidence du Conseil supérieur des programmes de Mark Sherringham. Depuis lors, les critiques ont fusé du fait de ses positions favorables au retour du christianisme dans les questions éducatives. Il a souhaité faire une mise au point dans Le Figaro le 21 février. Il se justifie : « Je n’ai jamais été anti-laïque ». Certes, mais êtes-vous laïque, Monsieur Sherringham ?

La carrière de ce haut-fonctionnaire semble exemplaire. Ancien élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé, puis docteur en philosophie, maître de conférences en IUFM, il est nommé en 2005 inspecteur général de l’Éducation nationale et devient en 2009 le doyen du groupe de philosophie de l’IGEN. Après presque une décennie au service culturel de l’Ambassade de France aux États-Unis, il revient au sein du ministère de l’EN, avant d’être nommé au poste qu’il occupe désormais. C’est donc un parfait cursus honorum que celui de Monsieur Sherringham. Le rôle majeur qui lui est maintenant dévolu dans la définition des programmes scolaires, de l’école primaire au lycée, et des programmes de formation des enseignants ne semblait pouvoir être endossé par meilleur représentant !

Lire la suite
Appel citoyen, républicain et laïque « Tous à poils dans les piscines de Grenoble »

Vive la laïcité décomplexée ! Contre l’islamisme tous à poil pour faire bouger Piolle.

Éric Piolle, maire de Grenoble, est devenu l’ambassadeur de la légalisation du burqini dans les piscines municipales. Cette stratégie, construite de longue date, notamment lorsqu’il finançait sur le budget municipal les activités du CCIF, dissous depuis pour son propagandisme islamiste, est la marque d’une forme de talibanisme municipal à visage humain mais sévèrement laïcophobe.

Lire la suite
Résistons aux exigences islamistes ! Non, Madame la ministre, le port de signes religieux dans une enceinte sportive n’est pas neutre !

À l’aune du droit et de la loi confortant les principes républicains, Madame Moreno n’aurait pas dû céder aux sirènes des mauvaises arènes politiques pour mal dire ce qui est une évidence : EN France, le port du voile n’est pas interdit dans l’espace public mais il l’est dans l’enceinte sportive et lors des compétitions  sportives de toutes les fédérations disposant d’un règlement.

L’article 50-2 de la Charte olympique dispose « [qu’]aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique ». 

Le CIO a cependant laissé le choix aux fédérations sportives d’interdire ou d’accepter que les athlètes féminines se distinguent par des attributs vestimentaires compatibles avec leur religion.

S’est donc posé la question du port du voile dans les compétitions. Sur un plan international, certaines fédérations ont tranché.

Lire la suite
Le Chevalier de La Barre et Unité Laïque

une action commune renforcée pour la liberté de conscience et l’émancipation

Paris le 22 décembre 2021

Daniel Bénichou, président de l’association « Le Chevalier de La Barre » annonce l’élection de Jean-Pierre Sakoun à son Bureau, pour prendre les fonctions de président exécutif.

Lors de son Assemblée générale tenue ce jour, « Le Chevalier de La Barre » a confirmé sa volonté d’action marquée par l’entrée de Jean-Pierre Sakoun à son Bureau. Lors de la même Assemblée générale, ont été élus un nouveau secrétaire général en la personne de Thomas Schmittel, le trésorier Jean-Pierre Bouchard et le trésorier-adjoint Roland Ringa. Ils constituent, avec le président, le Bureau du « Chevalier de La Barre.

Jean-Pierre Sakoun est par ailleurs président de l’association Unité Laïque ; Thomas Schmittel membre du CA de cette même association.

« Le Chevalier de La Barre » et « Unité Laïque » sont convenus d’un rapprochement de leurs forces, qui se traduit dès à présent par les mesures et engagements suivants :

  • Les manifestations publiques organisées par l’une ou l’autre association seront désormais signalées par le pictogramme « Laïcité Social Club », appartenant à l’Association « Le Chevalier de La Barre ».
  • Le site web de l’association « Le Chevalier de La Barre » sera très prochainement rénové et hébergé sur le site d’Unité Laïque, en conservant l’URL d’accès « laicite1905.org » de l’association « Le Chevalier de la Barre »

Daniel Bénichou, président du Le Chevalier de La Barre, et Jean-Pierre Sakoun, président exécutif du Chevalier de La Barre et président d’Unité Laïque, se réjouissent de cette coopération renforcée entre les deux associations et comptent sur la dynamique ainsi enclenchée pour accroître la visibilité et l’influence de leur action.

Ils agiront, avec les CA de leurs associations, pour que d’autres entités militantes laïques les rejoignent à l’avenir.

Télécharger le communiqué en PDF

« Il y a sur notre territoire, un petit Pakistan situé dans cette bonne ville de Grenoble. »

Avec l’aimable autorisation de Richard Malka

En contemplant, incrédule, l’IEP de Grenoble, cette somme de petites et grandes lâchetés, de positions qui se veulent morales mais ne sont que moralisme veule, on comprend soudain avec une grande acuité le processus que décrit David Di Nota dans son livre, qui a mené Samuel Paty à la mort, dans l’indifférence ou pire la réprobation.
Et celui-là, comble d’ironie, partage à une lettre près le patronyme de la plus grande philosophe de la laïcité et on peut l’appeler Monsieur K...

« Je suis en vacances. Après quelques mois éreintants à défendre, autant que je le pouvais, le droit d’emmerder Dieu, j’ai décidé d’offrir à mes neurones une cure de désintoxication. Oubliée la liberté d’expression, plus rien à faire du blasphème, du Wokisme ; laissez-moi tranquille avec l’islamo-gauchisme… Je veux lire ma pile de livres en retard, regarder la mer, marcher, la tête vide, sur des sentiers douaniers, me plaindre de mes courbatures en m’en délectant, avoir pour seule préoccupation la raréfaction des nouvelles séries de qualité sur Netflix.

Mais patatras, j’ai commis l’erreur de lire la presse ce matin. J’essaie d’oublier ce que j’ai lu, d’enfouir mon cerveau sous ma couette comme si cela pouvait l’anesthésier, de laisser à d’autres le soin de réagir mais je sens bien que c’est foutu ; ça bouillonne dans mon ventre.

Lire la suite
9 décembre 2021 – Une renaissance française

Unité Laïque célèbre avec espoir et confiance le 116e anniversaire de l’une des plus grandes lois jamais votées dans notre pays, qui a modelé la France pour le meilleur.


Le 9 Décembre 1905, après cent-dix années d’interruption et trente-cinq d’un travail acharné des Républicains, la France rejetait le joug clérical, accomplissant ainsi le programme que Gambetta avait fougueusement énoncé, déclarant à la Chambre des députés : « le cléricalisme, voilà l’ennemi ».


Il ne s’agissait pas plus pour lui que pour ses successeurs qui votèrent la loi de Séparation des Églises et de l’État, de traquer la foi, de sonder les reins et les cœurs et d’interdire aux croyants de s’entourer des secours de la religion. Il s’agissait bien au contraire de donner à chaque citoyen les moyens de sa liberté de conscience. Il s’agissait de libérer les esprits et les corps de l’emprise totale des clergés et des cléricatures sur la vie des hommes et des femmes de notre pays.

Quarante ans plus tard, en retrouvant la liberté après quatre ans de nuit nazie et de compromission pétainiste, les Français réaffirmèrent leur confiance dans la République. Ils abreuvèrent leur soif inextinguible d’émancipation en inscrivant la laïcité à l’article 1er de la Constitution.

En 2021, à l’aube d’une campagne présidentielle qui doit décider de l’avenir politique de la France, à un moment de grand trouble et de conscience partagée du déclassement de notre grande nation, il est temps de réaffirmer la puissance libératrice de la laïcité, qui nous protège tous de la police des âmes et des mœurs. Cette police que la « liberté religieuse » exerce sur les êtres humains en liquidant la liberté de conscience. Et ce bouclier abrite aussi ceux qui ne comprennent plus son efficacité.

Certains voudraient nous convaincre que la France est autre chose que la République et la souveraineté du peuple uni. Ils sont prêts pour cela à convoquer la culpabilité du capitaine Dreyfus et l’innocence de Philippe Pétain. À ceux-là comme à ceux qui seraient tentés de les écouter, nous dédions aujourd’hui cette modeste plaque commémorative qui en trente-six mots, remet au centre du village la belle figure de Marianne libérée, de Marianne émancipée.

Télécharger le communiqué en PDF

Joséphine Baker au Panthéon

Unité Laïque se joint au chœur de tous les citoyens heureux, fiers et émus d’accueillir Joséphine Baker au Panthéon. À cette grande femme la patrie reconnaissante.

Joséphine Baker est entrée au Panthéon. Féministe, universaliste, antiraciste, résistante, artiste, militante, Joséphine Baker fut tout cela. Et bien plus encore. Elle fut cet assemblage complexe de toutes les facettes, riches et pourquoi pas contradictoires, qui composent un être unique. Et elle fut, en paroles et en actes, la plus sincère ambassadrice de la fraternité universelle. Celle qui dépasse les races, les clivages, les rejets, pour lui préférer ce qui nous est commun à tous.

Joséphine Baker, après avoir fui l’Amérique ségrégationniste, déclarera son amour à Paris, et entrera en résistance pour la France, ce pays qui, s’il doit lui-même combattre le racisme, n’en reste pas moins cette République indivisible, laïque, démocratique et sociale dans laquelle elle « n’eut plus jamais peur ».

« La France est fille de sa liberté » pour citer Jules Michelet. Joséphine Baker est notre sœur à tous. L’accueillir au Panthéon, c’est continuer le récit de notre histoire commune et redoubler d’effort pour cet idéal républicain toujours en devenir.

Lire la suite
L’exemple « inspirant » du concordat à l’Assemblée nationale – Entretenir volontairement la confusion.

Le 25 novembre 2021, M. Sylvain Waserman, député MoDem de la 2e circonscription du Bas-Rhin organisait une table ronde à l’Assemblée nationale pour « partager l’esprit de l’interreligieux qui anime la Meinau – avec quatre responsables de culte du quartier bien connus ».

Cette initiative polémique tenue dans les locaux-mêmes de la représentation nationale laïque s’accompagnait de considérations sur le modèle « inspirant » du Concordat d’Alsace-Moselle.

Ce qui est profondément gênant dans cette affaire, c’est ce rôle de modèle que le député accorde à l’organisation concordataire de la société alsacienne.

Ne nous cachons pas derrière des faux-semblants. M. Waserman rêve de voir le Concordat étendu à la France. Comme la majorité de ses collègues alsaco-mosellans, lorsqu’il a été question de modifier la Constitution, il s’est empressé de signer un projet d’amendement sanctuarisant le Concordat.

Lire la suite
Pour quoi nous battons-nous ?

Ba-ta-clan : jeu de mot de Jacques Offenbach,
imitant les sonorités d’une langue chinoise d’opérette en séparant le mot en trois syllabes.

Sens original, du picard « pataclan » : grand remue-ménage, bruit d’un corps qui tombe…

Les victimes du Bataclan

Le 13 novembre 2015, dix mois après Charlie, alors que les Français encore sous le choc de l’assassinat des joyeux compères de la rue Nicolas-Appert, des juifs de l’Hypercasher er des policiers qui étaient sur le chemin des tueurs, commençaient à assimiler ce qui leur était arrivé, l’horreur recommença, décuplée.

Cette fois, les islamistes ne visaient plus des caricaturistes de presse, des juifs ou des représentants de l’ordre, symboles de leur détestation du monde. C’est le peuple-même qu’ils frappaient, même s’il n’est pas indifférent que le lieu principal du massacre, le Bataclan, appartînt à des propriétaires déjà menacés parce que juifs.

Au Stade de France, aux terrasses des cafés populaires du XIe arrondissement, dans l’enceinte de la salle de plaisir devenue abattoir, des tueurs froids, posés, fanatisés, exécutèrent leur mission, fanatiquement, posément, froidement.

Lire la suite
Le 11 novembre, phare pour la République et la Nation.

Unité Laïque, communiqué de presse du 11 novembre 2021.

Il est des célébrations du 11 novembre qui restent dans les mémoires et dans l’Histoire.

Ce 11 novembre 2021 fera date. La Nation a rendu hommage sous l’Arc de triomphe à la dépouille du dernier Compagnon de la Libération, Hubert Germain, mort à 101 ans. Il est dorénavant inhumé dans la crypte du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien, à l’emplacement laissé vacant depuis 1945 pour accueillir le dernier des 1 061 combattants et résistants qui se sont vu décerner la médaille de l’Ordre de la Libération, créé en 1940 par le Général De Gaulle. A travers Hubert Germain, la France a rendu hommage à tous ces combattants de la liberté qui, à partir de 1940, ont fait le choix de se battre pour effacer l’outrage de l’Armistice. La geste gaullienne prend fin.

Lire la suite
Le Conseil de l’Europe appelle les femmes à se soumettre au joug islamiste

Unité Laïque, communiqué de presse du 3 novembre 2021.

Le Conseil de l’Europe, approuvé par l’Union européenne, lance une campagne incitant au port du hijab dans une démarche identitaire, véritable agression contre les droits des femmes et l’émancipation.

S’il ne faut pas confondre le Conseil de l’Europe avec l’Union européenne, il joue cependant un rôle essentiel dans la définition des normes juridiques dans le domaine de la protection des Droits de l’Homme sur notre continent.

En effet, les outils d’influence principaux du Conseil sont la Convention européenne des Droits de l’Homme et la Cour européenne des Droits de l’Homme. Or, tant la France que l’Union européenne se soumettent aux décisions et aux normes édictées par ces instances.

La campagne est constituée d’une vidéo diffusée sur les réseaux, d’un fil Twitter et d’une série de visuels appelant à reconnaître la diversité. Jusque-là rien de nouveau dans l’idéalisme un peu benêt des institutions européennes, aveugles (volontairement ?) à la nécessité d’assurer l’intégration des populations nouvellement immigrées dans les pays européens et de promouvoir le respect de la liberté et du droit des femmes, qu’elles sacrifient régulièrement aux revendications identitaires.

Lire la suite
Unité Laïque salue la mémoire de Samuel Paty

Unité Laïque, Communiqué de presse du 15 octobre 2021.

Unité Laïque tient avant tout à dire sa solidarité avec la famille et les amis de ce héros du quotidien, de ce mari, de ce père de famille arraché aux siens.

Il y a un a un an, mourait, dans les conditions atroces que nous connaissons, un professeur de la République, assassiné par un fanatique islamiste, instrumentalisé par les réseaux sociaux et les Tartuffe qui aujourd’hui jurent leurs grands dieux qu’ils ne portent aucune responsabilité dans l’exécution de cet acte effroyable. On lui reprochait, qui plus est en proférant des mensonges éhontés, d’avoir fait son métier en ouvrant les jeunes consciences dont il avait la charge, à la liberté et à l’esprit critique.

Lire la suite