Unité Laïque
La ressource « Enquêtes et études »

Unité laïque met à la disposition de ses membres et de toute personne ou association engagée dans la défense des valeurs de la République et la promotion de la laïcité des ressources permettant d’illustrer et étayer l’engagement et la conviction laïques. Ces ressources se veulent des outils et des aides à l’information et la formation des laïques. Elles sont variées et mettent en valeur des informations récentes ou plus anciennes.

Au cours des années les plus récentes, les instituts de sondage ont souvent interrogé les Français sur leur rapport à la laïcité et sur la situation de la laïcité en France. Ils ont cherché à connaître soit l’opinion de l’ensemble des Français, soit l’opinion de secteurs de population (les jeunes, les enseignants, les fonctionnaires, les catholiques, les musulmans, etc.). Unité laïque propose ici une sélection d’enquêtes, réalisées principalement par l’Ifop associé selon les cas à des associations ou des titres de presse. Le plus souvent en lien avec l’actualité, ces enquêtes permettent d’approfondir la réflexion des citoyens et d’éloigner certaines idées reçues.

Le rapport des Français à l’islam, à la laïcité et à la menace terroriste

Sondage 23/03/2022

A quelques semaines des élections présidentielles, l’IFOP a mené pour ELNET France une étude interrogeant les Français sur leur rapport à l’Islam, à la laïcité et à la menace terroriste. Ces thématiques sont en effet au cœur des discours de certains candidats à l’élection présidentielle comme Éric Zemmour et Marine Le Pen, mais également sources de nombreux clivages au sein de la société plus largement, en raison des cicatrices laissés depuis les attentats commis par Mohammed Merah il y a maintenant dix ans, puis ceux de 2015, et plus récemment les assassinats du Père Hamel et de Samuel Paty.

Les Français évaluent toujours très majoritairement la menace terroriste comme élevée (79%, dont 27% « très élevée »). L’islamisme est perçu comme un danger pour la République par plus des trois-quarts des Français. Il est alors intéressant de noter que la loi adoptée en août 2021, destinée à conforter le respect des principes de la République, rassure. Une nette majorité de Français déclare qu’il existe une distinction claire entre les musulmans les plus radicaux et ceux qui pratiquent paisiblement l’Islam (79%). Dans ce contexte, les musulmans qui font entendre leurs voix contre le radicalisme sont jugés comme n’étant pas assez soutenus. D’un point de vue politique, cette thématique se place au cœur des préoccupations électorales. En effet, plus de la moitié des Français (53%) considèrent que les candidats à l’élection et les médias n’abordent pas suffisamment les questions liées à la lutte contre l’islamisme.

Lire la suite
Risque terroriste, antisémitisme : le regard des Français 10 ans après les attentats de Montauban et Toulouse

Sondage 22 mars 2022

Dans le cadre des cérémonies de commémoration de l’attentat de Toulouse, l’Ifop, à la demande du CRIF, a réalisé une enquête exclusive destinée à mesurer au sein de la population française le souvenir de cette attaque terroriste. En outre, cette enquête d’opinion vise à comprendre comment les Français appréhendent la menace terroriste pesant sur les Français de confession juive et quel regard ils portent sur le phénomène de l’antisémitisme.

En voici les principaux enseignements :

Les attentats de Montauban et Toulouse ont peu marqué l’opinion en comparaison avec les attaques terroristes de 2015

Premier enseignement de cette enquête, les attentats de Montauban et Toulouse ont moins marqué l’opinion que les attaques perpétrées à partir de 2015. Invités à évoquer spontanément (à travers une question ouverte), les attentats dont ils se souviennent, les Français citent en premier le Bataclan (59%), puis Charlie Hebdo (42%), devant l’attentat de Nice (27%), de l’hypercasher (14%) et de Saint-Etienne du Rouvray (14%). L’attentat de Toulouse n’est spontanément cité que par 12% des Français.

L’attentat de Toulouse est surtout associé à la figure de Mohammed Merah

Moins spontanément cité que les autres attentats, les attaques de Montauban et Toulouse sont avant tout associées à la figure de Mohammed Merah (20% des témoignages y font référence). C’est d’ailleurs la neutralisation de l’assassin par le RAID qui a le plus marqué l’opinion (68% voient précisément de quoi il s’agit), devant l’assassinat de trois militaires à Montauban (54%) et la tuerie de l’école Ozar Hatorah (56%).

Une attaque terroriste perçue comme symptomatique de la menace qui pèse sur la communauté juive française

Les Français ont bien intégré que les Français de confession juive étaient en première ligne face au terrorisme islamiste. 76% estiment ainsi que c’est un attentat symptomatique de la menace qui pèse depuis plusieurs années sur la communauté juive. En outre, 77% jugent que la survenue d’un nouvel attentat visant les Français juifs est probable.

Accéder ici aux résultats de l’enquête Ifop/CRIF

Les lycéens, le droit à la critique des religions et les formes de contestations de la laïcité à l’école

Sondage décembre 2021

Le 9 décembre, jour anniversaire du vote de la loi de Séparation des églises et de l’État, l’Ifop a rendu publics les résultats d’un sondage, conduit à la demande de la LICRA et de sa revue le DDV. Ceux-ci permettent de répondre à la question : « Quelle est l’ampleur des formes de séparatisme religieux à l’école ? »

Tablées, toilettes ou robinets séparés en fonction de la religion des élèves, cours sur l’égalité des sexes contestés au nom de la religion, refus de donner la main à un(e) camarade, requêtes de menus conformes aux normes confessionnelles… Contrairement aux idées reçues, la loi interdisant le port de signes religieux à l’école de mars 2004 n’empêche pas les tensions nées des diverses formes d’affirmations identitaires affectant le contenu des cours aussi bien que l’organisation d’autres aspects de la vie scolaire (ex : cantine, sorties scolaires…). Or, alors que les premiers travaux mettant en exergue ces problèmes remontent à près d’une vingtaine d’années, les données permettant de mesurer précisément cette poussée du religieux à l’Ecole manquent encore cruellement, la majorité des académies estimant que les différentes voies de signalement existantes ne donnent qu’une vision « très incomplète de la réalité des atteintes au principe de laïcité en milieu scolaire ».

Lire la suite
Les Français et l’enseignement du fait religieux

Sondage Novembre 2021

Les Français et l’enseignement du fait religieux

L’Ifop a mené pour l’Institut d’étude des religions et de la laïcité (IREL) une étude sur « Les Français et l’enseignement du fait religieux ». Retrouvez les résultats de l’enquête Les Français et l’enseignement du fait religieux.

L’interprétation des résultats de l’enquête par l’IREL n’a pas convaincu Unité laïque. C’est pourquoi Aline Girard, secrétaire générale d’Unité laïque et spécialiste de l’enseignement du fait religieux à l’école, s’est livrée à une analyse détaillée des résultats de l’enquête. Derrière les commentaires positifs et consensuels des résultats par l’IREL et par les promoteurs de l’enseignement du fait religieux, on peut en effet mettre en évidence une autre réalité. L’enseignement du fait religieux est loin de donner les résultats escomptés. Ce semi-échec n’empêche pas l’IREL de continuer, sans faiblir, à légitimer cet enseignement sur la base de convictions idéologiques et de travailler à la confusion des esprits

L’analyse d’Aline Girard est en ligne sur Mezetulle, le blog de Catherine Kintzler.

Le regard des Français sur l’assassinat de Samuel Paty, un an après

Sondage octobre 2021

Alors que l’anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty est commémoré un an plus tard, Ifop-Fiducial a interrogé les Français sur leur rapport à cet événement pour Sud Radio.

Rétrospectivement, 90% des Français déclarent avoir été choqués par cet assassinat, 83% avoir ressenti de la colère. Pour 11%, ce drame a suscité de l’indifférence. En termes de jugement, la condamnation totale de cet assassinat est quasi unanime. Concernant le motif de l’assassinat, 68% des personnes interrogées déclarent que Samuel Paty a eu raison, au nom de la liberté d’expression, de montrer à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet.

Consultez les résultats de l’enquête Le regard des Français sur l’assassinat de Samuel Paty, un an après.

Le regard des 18-30 ans sur l’assassinat de Samuel Paty

Sondage octobre 2021

A la demande de Marianne, l’IFOP a réalisé une enquête exclusive auprès d’un échantillon de 1014 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 30 ans. Cette enquête quantitative vise à comprendre quel regard portent les jeunes français sur l’assassinat de Samuel Paty et plus généralement, quel rapport ils entretiennent avec la religion et la laïcité. Les résultats de l’enquête montrent que dans son rapport à la religion, la jeunesse française se distingue – au moins en partie – des générations plus âgées. Près d’un jeune sur cinq ne condamne pas fermement l’assassin de Samuel Paty.

Retrouvez ci-après les résultats de l’enquête le regard des 18-30 ans sur l’assassinat de Samuel Paty.

Le rapport des français à la religion

Sondage Septembre 2021

L’étude Ifop pour l’Association des journalistes d’information sur l’étude des religions observe qu’en 2021, une courte majorité de Français ne croit pas en Dieu (51%) alors qu’en 1947, 66% des interrogés se déclaraient croyants. Conséquence logique de ce recul de la croyance, les Français parlent de moins en moins de religion, que ce soit en famille ou avec leurs amis.

Prenez connaissance des résultats de l’enquête sur Le rapport des Français à la religion

Les enseignants, la laïcité et la place des religions à l’école

Sondage Juillet 2021

L’Ifop a réalisé pour l’Observatoire de l’éducation de la Fondation Jean-Jaurès une enquête permettant de mieux cerner la place que les enseignants accordent aujourd’hui aux religions à l’école, le sens qu’ils donnent à la laïcité, mais aussi leur point de vue sur le port des signes religieux par les différents acteurs (les élèves, les parents…) du système scolaire.

Retrouvez la note d’analyse de François Kraus et les résultats de l’enquête sur Les enseignants, la laïcité et la place des religions à l’école, publiés sur le site de la Fondation Jean-Jaurès.

Etude sur le maintien du régime du concordat et le financement des lieux de culte en Alsace-Moselle

Sondage Avril 2021

Devant l’absence « d’enquête sérieuse » permettant d’attester le soutien de la population à ce régime dérogatoire, le Grand Orient de France a commandé à l’Ifop une étude permettant de mesurer le point de vue des Français sur le sujet mais également – pour la première fois semble-t-il depuis des années – celui des habitants d’Alsace et Moselle. Réalisée dans une optique d’enquête « miroir » à la fois auprès d’un échantillon national représentatif de 1 000 Français et auprès d’un échantillon de 800 Alsaco-Mosellans, cette étude brise en effet nombre d’idées reçues en montrant notamment qu’aussi bien à l’échelle locale que nationale, l’opinion publique souhaite désormais en finir avec le régime concordataire.

Retrouvez les résultats et l’analyse de l’enquête sur le maintien du régime du concordat et le financement des lieux de cultes en Alsace Moselle.

« Droit au blasphème », laïcité, liberté d’enseignement… Les lycéens d’aujourd’hui sont-ils « Paty » ? Enquête auprès des lycéens sur la laïcité et la place des religions à l’école et dans la société

Sondage Mars 2021

A l’occasion d’un numéro spécial consacré à la laïcité, le magazine de la LICRA « Droit de Vivre » a commandé à l’Ifop une enquête permettant de mieux cerner la place que les lycéens accordent aujourd’hui à la religion, le sens qu’ils donnent à la laïcité dans l’enceinte scolaire mais aussi leur point de vue sur le droit de « blasphémer » à la manière d’un journal satirique comme Charlie Hebdo.

Consultez les résultats et l’analyse de l’étude sur le droit au blasphème, la laïcité et la liberté d’enseignement. Les lycéens d’aujourd’hui sont-ils Paty?

Observatoire des enseignants : les contestations de la laïcité et les formes de séparatisme religieux à l’Ecole

Sondage Janvier 2021

Quelques mois après l’assassinat du professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine et six ans après les tragiques attentats de janvier 2015, l’Ifop pour la fondation Jean Jaurès et Charlie Hebdo a mesuré le niveau de contestation de la laïcité et des formes de séparatisme à l’école.

Prenez connaissance des résultats du sondage sur les contestations de la laïcité et les formes de séparatisme religieux à l’école.

Consultez également l’analyse de Iannis Rodder, professeur d’histoire-géographie et directeur de l’Observatoire de l’éducation à la Fondation Jean Jaurès.

Les agents de la fonction publique et la laïcité dans leur quotidien professionnel

Enquête Décembre 2020

Dans le cadre du projet de loi destiné à « conforter les principes de la République », l’Ipsos a réalisé pour le ministère de la Transformation et de la fonction publiques une étude sur la laïcité dans le quotidien professionnel des agents publics de la fonction publique territoriale, hospitalière et d’État. Parmi les principaux points de questionnement abordés : connaissance des règles, formations et soutien de la hiérarchie en cas d’atteinte à la laïcité.

Retrouvez les résultats de l’enquête sur les agents de la fonction publique et la laïcité dans leur quotidien professionnel.

Fractures sociétales : enquête auprès des 18-30 ans

Sondage Novembre 2020

Près d’un mois après l’assassinat de Samuel Paty et alors que le projet de loi sur les séparatismes est examiné à l’assemblée nationale, Marianne a missionné l’IFOP pour réaliser un sondage d’opinion auprès des 18-30 ans. Cette enquête vise notamment à mieux comprendre le rapport entretenu par les jeunes à la question de la laïcité et à la religion.

Consultez les résultats et l’analyse de l’étude sur les fractures sociétales dans la population des 18-30 ans.

Les enseignants et la laïcité

Sondage Juin 2018

L’Ifop a mené pour le Comité National d’Action Laïque du 8 au 11 janvier 2018, une enquête auprès de 650 enseignants du public exerçant du primaire au lycée, sur leur rapport à la laïcité.

Il ressort d’abord que les enseignants interrogés s’accordent pour dire qu’il existe une définition commune de la laïcité au sein de leur établissement (89% des personnes interrogées), même si des nuances apparaissent entre les enseignants en REP et leurs collègues en non REP à ce sujet (69% contre 94%).

Concernant précisément la loi de 2004 encadrant le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics, seul un gros tiers (38%) des enseignants mentionnent des contestations venant de certains élèves. Les contestations du principe de laïcité se produisent également dans 35% des cas lors d’enseignements d’histoire-géographie, dans 33% à l’occasion des moments de recueillements après les attentats de 2015. Afin d’éviter de possibles incidents provoqués par certains élèves, un bon tiers des enseignants, 37% reconnaissent s’être déjà autocensurés.

La laïcité est un élément jugé important pour l’identité de la France par plus de 9 enseignants sur 10 (93%), voire essentiel (45%, soit un score équivalent à celui mesuré en parallèle dans un enquête auprès du grand public, 42%), les enseignants interrogés semblent un peu moins inquiets que l’ensemble de leurs concitoyens sur le fait qu’elle soit en danger en France  (59% vs 72%).

Prenez connaissance des résultats de l’enquête sur les enseignants et la laïcité.

Les musulmans en France, 30 ans après l’affaire des foulards de Creil

Sondage Septembre 2019

Menée en partenariat avec Le Point et la Fondation Jean Jaurès, cette enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 012 personnes, représentatif de la population de religion ou d’origine musulmane âgée de 15 ans et plus.

Il y a trente ans éclatait « l’affaire des foulards » à Creil. Est-ce un tournant important dans la société française? Les musulmans en France, très majoritairement, déclarent (à 70%) pouvoir pratiquer en toute liberté leur religion en France. Mais ce diagnostic s’accompagne de fortes demandes pour adapter notre cadre laïque et républicain. Ils ne sont que 41% à estimer que c’est la pratique de l’islam doit être adaptée et aménagée pour se conformer à la laïcité à la française, contre 37% qui estiment que c’est au contraire la laïcité française qui doit s’adapter, avec une forte minorité (19%) qui ne se positionne pas sur cette question. Par rapport à 2011, on constate une progression de 8 points de ceux qui disent que c’est à la laïcité à la française de s’adapter.

Consultez les résultats de l’enquête Les musulmans en France, 30 ans après l’affaire du foulard de Creil

La laïcité

Sondage Mai 2018

Menée en partenariat avec Le Printemps républicain, cette enquête est fondée sur un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Une courte majorité de Français (53%) interrogés considère que la laïcité n’est pas respectée aujourd’hui en France. Parallèlement, 68% des interviewés appellent de leurs vœux un durcissement de la Loi de 1905, notamment les sympathisants LREM, LR et FN.

Bénéficiant d’une confiance ténue en matière de défense de la laïcité (52% vs 63% pour les associations laïques), Emmanuel Macron reçoit pour autant un fort soutien des Français (79%) après ses propos rappelant que le voile est “contraire à la civilité française”.

Consultez ici les résultats de l’enquête les Français et la laïcité.

Le rapport à la laïcité à l’heure de la lutte contre l’islamisme et le projet de loi contre les séparatismes

Sondage Novembre 2020

A l’occasion de la remise de ses « Prix de la laïcité » (5 novembre 2020), le Comité Laïcité République a commandé à l’Ifop une grande enquête visant à mesurer les positions des Français sur un sujet désormais au cœur du débat public avec la multiplication des attentats islamistes et l’élaboration du projet de loi contre les « séparatismes ». Reposant à la fois sur un large échantillon de la population – 2000 personnes dont 1 000 catholiques – et sur un échantillon solide de Français musulmans (500 personnes), cette étude permet pour la première fois de comparer les positions des principales catégories de Français (ex : catholiques, athées, musulmans) sur des sujets allant des grands principes ou dispositifs relatifs à la laïcité aux dernières mesures annoncées pour lutter contre l’islamisme (ex : dissolution du CCIF, changement à la tête de l’Observatoire de la laïcité, enseignement de l’arabe…).

Consultez les résultats et l’analyse de l’étude sur le rapport à la laïcité à l’heure de la lutte contre l’islamisme et le projet de loi contre les séparatismes.

Prenez connaissance également du commentaire de Jean-Pierre Sakoun et Gilbert Abergel : Les Français adhèrent massivement à la laïcité.

Les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme

Sondage Octobre 2019

La laïcité est perçue comme menacée par 78% des Français (+4 points en six mois), et ce dans toutes les catégories de population, d’après cette nouvelle étude Ifop pour le Journal du Dimanche.

Cette menace conduit à une mutation de la définition donnée par l’opinion à la laïcité (par rapport à l’enquête Ifop de 2005) : c’est désormais de moins en moins « mettre toutes les religions sur un pied d’égalité » (19% contre 32% en 2005) ou « assurer la liberté de conscience » (22%) ; mais avant tout « séparer les religions et la politique » (27%) et « faire reculer leur influence » (26% contre 9% en 2005).

Cette évolution s’accompagne d’une augmentation de la proportion de Français favorables à l’interdiction des prières de rue (82% contre 62% en 2011). Près de trois Français sur quatre sont favorables à l’interdiction du port de signes religieux ostensibles pour les usagers des services publics (75%), pour les parents d’élèves accompagnant une sortie scolaire (73%), ainsi que pour les salariés des entreprises du secteur privé (72%). L’étude montre une crispation croissante sur l’Islam, pour laquelle 80% des Français pensent que la question de la laïcité se pose différemment.

Retrouvez les résultats et l’analyse de l’enquête sur les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme.

Les musulmans en France, 30 ans après l’affaire des foulards de Creil

Sondage Septembre 2019

Menée en partenariat avec Le Point et la Fondation Jean Jaurès, cette enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 012 personnes, représentatif de la population de religion ou d’origine musulmane âgée de 15 ans et plus.

Il y a trente ans éclatait « l’affaire des foulards » à Creil. Est-ce un tournant important dans la société française? Les musulmans en France, très majoritairement, déclarent (à 70%) pouvoir pratiquer en toute liberté leur religion en France. Mais ce diagnostic s’accompagne de fortes demandes pour adapter notre cadre laïque et républicain. Ils ne sont que 41% à estimer que c’est la pratique de l’islam doit être adaptée et aménagée pour se conformer à la laïcité à la française, contre 37% qui estiment que c’est au contraire la laïcité française qui doit s’adapter, avec une forte minorité (19%) qui ne se positionne pas sur cette question. Par rapport à 2011, on constate une progression de 8 points de ceux qui disent que c’est à la laïcité à la française de s’adapter.

Consultez les résultats de l’enquête Les musulmans en France, 30 ans après l’affaire du foulard de Creil

Les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme

Sondage Octobre 2019

La laïcité est perçue comme menacée par 78% des Français (+4 points en six mois), et ce dans toutes les catégories de population, d’après cette nouvelle étude Ifop pour le Journal du Dimanche.

Cette menace conduit à une mutation de la définition donnée par l’opinion à la laïcité (par rapport à l’enquête Ifop de 2005) : c’est désormais de moins en moins « mettre toutes les religions sur un pied d’égalité » (19% contre 32% en 2005) ou « assurer la liberté de conscience » (22%) ; mais avant tout « séparer les religions et la politique » (27%) et « faire reculer leur influence » (26% contre 9% en 2005).

Cette évolution s’accompagne d’une augmentation de la proportion de Français favorables à l’interdiction des prières de rue (82% contre 62% en 2011). Près de trois Français sur quatre sont favorables à l’interdiction du port de signes religieux ostensibles pour les usagers des services publics (75%), pour les parents d’élèves accompagnant une sortie scolaire (73%), ainsi que pour les salariés des entreprises du secteur privé (72%). L’étude montre une crispation croissante sur l’Islam, pour laquelle 80% des Français pensent que la question de la laïcité se pose différemment.

Retrouvez les résultats et l’analyse de l’enquête sur les Français, la laïcité et la lutte contre l’islamisme.